• AUDI TTS

    Image hébergée par servimg.com

    photo hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimagephoto hebergée par zimage

    <script type="text/javascript"></script> <script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type="text/javascript"></script> <script type="text/javascript"></script> <script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type="text/javascript"></script> <script type="text/javascript"></script> <script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type="text/javascript"></script>


     

     

    L’Audi TTS

    Audi place une nouvelle voiture de sport sur la ligne de départ : l’Audi TTS, le top-modèle de la série TT, arrivera au printemps chez les concessionnaires. Son moteur TFSI de deux litres est un moteur hautes performances développant 272 ch (200 kW). Ce condensé de puissance catapulte l’Audi TTS Coupé en seulement 5,2 secondes de zéro à 100 km/h et à une vitesse maximum de 250 km/h sur circuit (limiteur électronique). L’Audi TTS est disponible en version coupé 2+2 places et en roadster.

    Avec l’Audi TTS, qui s’adresse en priorité à des clients jeunes et dynamiques, la marque affiche le niveau actuel de son avance par la technique. Le moteur TFSI de l’Audi TTS est le fruit de l’union des deux technologies que sont l’injection directe d’essence et le turbocompresseur. Le quatre cylindres compact et léger impressionne certes par sa puissance de 272 ch (200 kW), mais aussi par son couple maximum de 350 Nm, disponible sur une large plage allant de 2 500 à 5 000 tr/min.

    Le moteur deux litres a été remanié et renforcé par rapport au moteur d’origine pour être intégré à l’Audi TTS. Grâce à sa grande efficacité, le TFSI à la sonorité puissante ne consomme en moyenne que 8,0 litres de carburant aux 100 km dans la version coupé et 8,2 litres aux 100 km dans le roadster, avec la boîte de vitesses manuelle à six rapports. La boîte à double embrayage S tronic proposée en option fait même baisser ces valeurs respectivement de 0,1 et 0,2 litre aux 100 km.

    La S tronic, qui fonctionne avec deux embrayages, passe les rapports en quelques millisecondes à charge et régime élevés ; le sprint à 100 km/h s’en trouve encore accéléré de deux dixièmes de secondes pour le coupé et le roadster. La transmission intégrale permanente quattro de série transmet l’intégralité de la puissance à la route. Grâce à elle, TTS accélère plus tôt et plus sûrement que ses rivales. Le cœur du système, l’embrayage hydraulique à lamelles, est encore plus rapide qu’auparavant grâce à un nouvel accumulateur de pression.

    L’Audi TTS est dotée en usine d’un autre composant high-tech : le système d’amortissement adaptatif Audi Magnetic Ride. Le conducteur peut choisir entre deux réglages : en mode normal, TTS se conduit de manière équilibrée et confortable. En mode sport, elle transcende l’énorme potentiel de son châssis sport, déjà abaissé de 10 millimètres, en une maniabilité dynamique sans concession. Ses suspensions avant sont constituées en majeure partie d’aluminium. D'une grande efficacité, la direction électromécanique très sensible réduit considérablement la consommation de carburant. Le système de freinage hautes performances est doté de freins de 17 pouces et immobilise la sportive en toute sécurité.

    Les performances exceptionnelles de l’Audi TTS résultent également de sa carrosserie hybride. Alors que la partie arrière est en acier, l’avant et la partie centrale de la carrosserie sont en aluminium léger. La technologie ASF (Audi Space Frame) optimise la répartition de la charge sur les essieux et permet d’abaisser le poids total. Le coupé à boîte de vitesses manuelle ne pèse que 1 395 kilogrammes, ce qui correspond à un rapport poids/puissance de 5,1 kg par ch.

    Un style décoiffant : roues de 18 pouces et nouveaux phares


    L’Audi TTS s’affiche dès le premier coup d’œil comme le top-modèle dynamique de la gamme TT. Ses roues en aluminium de 18 pouces de série et ses nouveaux phares bi-xénon avec éclairage de jour à LED sont les principaux points forts de son design. À l’intérieur, les passagers sont accueillis par des sièges sport très bas en cuir et Alcantara. Ils sont proposés en option en cuir nappa satiné, avec quatre combinaisons de coloris au choix. Les instruments à fond gris et un volant multifonctions rehaussent la noblesse de l’habitacle.

    L’Audi TTS Roadster est dotée d’un entraînement électrohydraulique pour la capote et d’un coupe-vent à commande électrique. Un tunnel de chargement optionnel pour le coffre à bagages augmente sa valeur pratique. Les dossiers des sièges arrière du coupé peuvent être rabattus en deux parties, portant le volume du coffre à bagages de 290 à 700 litres. La version Coupé vaut 48 350 euros. La version décapotable affiche un prix de  51 950 euros.

    Audi fête avec TTS un petit anniversaire : la première Audi TT Coupé a en effet été lancée il y a dix ans, accédant immédiatement au statut d'objet-culte du design. Depuis, elle n’a jamais quitté la route du succès.

    Le moteur

    D’une cylindrée de 1 984 cm³, le moteur TFSI de la TTS est le fruit de l’union des deux technologies Audi que sont l’injection directe d’essence et le turbocompresseur. Cette combinaison s’avère idéale pour une voiture de sport. Depuis 2005, ce moteur deux litres à quatre cylindres a été élu trois fois de suite et à bon escient « Engine of the year » par un jury international de journalistes spécialisés.

    Le TFSI impressionne certes par sa puissance de 272 ch (200 kW), mais aussi par son élasticité – son couple maximum de 350 Nm est disponible sur une large plage allant de 2 500 à 5 000 tr/min. Le sprint de zéro à 100 km/h ne dure que 5,4 secondes avec le coupé à boîte manuelle. Celui-ci passe de 80 à 120 km/h en quatrième vitesse en seulement 4,4 secondes. Le roadster s’acquitte de ces exercices en 5,6 et 4,6 secondes. Dans ces deux modèles, le limiteur électronique n’intervient qu’à partir de 250 km/h sur circuit.

    Le moteur deux litres a été remanié et renforcé dans de nombreux domaines pour être intégré à l’Audi TTS : au niveau du bloc, de la culasse, des pistons, des bielles et du turbocompresseur, qui établit une pression de suralimentation relative pouvant atteindre 1,2 bar. Le travail de finition sophistiqué effectué sur le système d’admission et d’échappement permet à ce quatre cylindres très régulier de respirer librement et lui confèrent une sonorité puissante et profonde. Un refroidisseur d’air de suralimentation optimisé et à haut rendement abaisse la température de l’air comprimé et augmente ainsi la quantité d’air nécessaire à la combustion.

    Grâce à sa grande efficacité, le TFSI ne consomme en moyenne que 7,9 litres de carburant aux 100 km dans le coupé (avec la S tronic) et 8,0 litres aux 100 km dans le roadster. Ce moteur deux litres est très léger, puisqu’il ne pèse que 153 kilogrammes ; cela réduit de manière décisive le poids total de l’Audi TTS et constitue un atout majeur pour la répartition des charges sur les essieux, et par conséquent pour la maniabilité du véhicule.

    High-tech pour le passage des rapports : la S tronic

    La transmission de puissance est assurée de série dans l’Audi TTS par une boîte de vitesses manuelle à six rapports, avec boîtier léger en magnésium. La S tronic, avec six rapports et double embrayage situés l’un derrière l’autre, est proposée en option. Elle passe les rapports en seulement deux dixièmes de seconde à charge et régime élevés. Grâce à ces passages très rapides et à sa grande spontanéité au démarrage, la boîte de vitesses à double embrayage d’Audi réduit de deux dixièmes de seconde le temps requis pour le sprint à 100 km/h départ arrêté pour le coupé et le roadster.

    La S tronic, qui impressionne elle aussi par son haut rendement, peut être commandée par l’intermédiaire d’un levier confort ou, dans le plus pur style des voitures de course, à l’aide des palettes du volant. Deux modes automatiques, N pour normal et S pour sport, sont disponibles. Les embrayages sont eux aussi adaptatifs et permettent ainsi de réguler la caractéristique au démarrage : s’il le désire, le conducteur peut ainsi démarrer avec ménagement sur sol glissant ou en trombe sur les revêtements de meilleur qualité.

    La transmission intégrale permanente quattro de série transmet l’intégralité de la puissance à la route, sans aucune perte. Avec ses quatre roues motrices, TTS peut accélérer plus tôt et de manière plus sûre que ses concurrentes. Elle reste dynamique et d’une stabilité souveraine dans toutes les conditions.

    Le cœur de la transmission quattro, l’embrayage à lamelles hydraulique et à commande électronique, est encore plus rapide qu’auparavant grâce à un nouvel accumulateur de pression. Selon les besoins, il peut diriger l’intégralité des forces vers l’essieu avant ou arrière en l’espace de quelques millisecondes. La chaîne cinématique a été renforcée à tous les niveaux en raison des couples élevés produits par le moteur TFSI spécifique.


    Le châssis


    Pour les suspensions de roues avant de l’Audi TTS, Audi a misé sur une construction McPherson à bras triangulaires inférieurs. Ils sont constitués en majeure partie d’aluminium, ce qui permet de réduire les masses non suspendues. Afin d’améliorer la rigidité, le support d’essieu est vissé à la carrosserie en six points. La direction assistée très sensible et précise est à commande électromécanique, une technique qui permet de réduire la consommation de 0,2 litre aux 100 km. Les courbes caractéristiques de l’assistance ont été adaptées au caractère dynamique de TTS.

    L’essieu arrière à quatre bras offre de grands avantages en matière de dynamisme : il peut gérer séparément les forces longitudinales et transversales. Tous les bras de suspension sont en aciers à haute rigidité. Les paliers ont été modifiés pour souligner le caractère sportif de l’Audi TTS. Les ressorts hélicoïdaux et amortisseurs sont disposés séparément et prennent ainsi moins de place.

    TTS est dotée en série de jantes de 18 pouces en aluminium coulé à cinq branches style S avec écrous antivol et de pneumatiques 245/40. Audi propose en option d’autres variantes, dont de nouvelles jantes Audi exclusive de 19 pouces en aluminium coulé. Le top-modèle TT est équipé d’un système de freinage hautes performances : les quatre disques sont de grandes dimensions, les disques avant sont ventilés. Les étriers laqués noir (avec emblème TTS à l’avant) cachent des garnitures sport. Audi a complété le programme électronique de stabilisation ESP d’un deuxième niveau plus sportif et permettant les dérapages contrôlés (sur circuit).

    Audi Magnetic Ride – le mordant et la polyvalence

    L’Audi TTS est dotée de série d’un autre composant high-tech : le système d’amortissement adaptatif Audi Magnetic Ride. Un fluide spécial contenant de minuscules particules magnétiques circule dans les pistons des amortisseurs. La viscosité de l’huile varie sous l’effet d’une tension électrique, ce qui permet de réguler la caractéristique de l’amortissement.

    Audi Magnetic Ride fonctionne de manière adaptative et varie automatiquement en fonction des conditions de conduite. Le conducteur peut en outre choisir entre deux réglages : en mode normal, lorsque la viscosité de l’huile est élevée, TTS se conduit de manière équilibrée et confortable.

    En mode sport, avec une huile faiblement visqueuse, elle convertit l’énorme potentiel de son châssis sport, déjà abaissé de 10 millimètres en standard, en une maniabilité dynamique sans concession.

    Mordante, précise et collée à la route, la voiture plaisir d’Audi se conduit comme un kart dans les virages les plus sinueux. Les mouvements de roulis sont supprimés dès le braquage, la spontanéité au braquage est encore plus directe et la suspension ciblée des roues optimise encore davantage le comportement autodirectionnel.

    La carrosserie

    Les performances exceptionnelles de TTS sont également à mettre au crédit de la technologie hybride de la carrosserie, combinant deux sortes de matériaux. Alors que la partie arrière est en acier, l’avant et la partie centrale de la carrosserie sont en aluminium léger.

    Audi a mis ce principe ASF (Audi Space Frame) au point au début des années 90, déclenchant à l’époque une véritable révolution dans le domaine de la carrosserie. Des profilés filés, des pièces coulées sous pression et des tôles en aluminium forment une structure légère, rigide et à haute sécurité. Les parties latérales et le toit du coupé sont reliés par soudage au laser – la jointure parfaite et de haute précision ainsi obtenue incarne le niveau de perfection exigé par Audi dans la construction de ses modèles.

    La conception de l’Audi TTS possède un autre atout majeur : elle permet d’optimiser la répartition des charges sur les essieux et de réduire le poids total. La carrosserie du coupé ne pèse en effet que 206 kilogrammes, dont 140 kg d’aluminium et 66 kg d’acier. Celle de TTS Roadster, qui comporte des composants spéciaux renforcés, affiche 251 kg sur la balance. Au total, le coupé à boîte de vitesses manuelle pèse seulement 1 395 kilogrammes, ce qui correspond à un rapport poids/puissance de 5,1 kilogrammes par ch. Le roadster pèse 1 455 kg et est doté d’un rapport poids/puissance de 5,4 kg/ch.

    L’Audi TTS se révèle dès le premier coup d’œil comme le top-modèle dynamique de la gamme TT. Ses nouveaux phares bi-xénon, avec éclairage de jour constitué de rangées de diodes blanches, sont un point fort déterminant de son design.

    La calandre Singleframe gris platine est accentuée par de fines baguettes chromées. De grandes prises d’air situées dans le bouclier avant modifié renforcent l’impression de forte personnalité.

    Outre les grandes roues de 18 pouces, la vue latérale est marquée par les bas de caisse larges et très bas. Un volumineux pare-chocs arrière, le cache de diffuseur gris et deux doubles sorties d’échappement à droite et à gauche confèrent à l’arrière un caractère autonome et sportif. Le becquet de TTS sort automatiquement à partir d’une vitesse de 120 km/h et rentre lorsque la vitesse redescend à 80 km/h.

    Le coupé et le roadster mesurent 4 198 millimètres de long et 1 842 millimètres de large ; l’Audi TTS Coupé mesure 1 345 mm de haut, alors que la version décapotable atteind 1 350 mm en hauteur. Le roadster possède une capote qui s’ouvre et se ferme en douze secondes par l’intermédiaire d’une commande électrohydraulique, même en roulant jusqu’à une vitesse de 50 km/h. Le softtop comprend une grande lunette arrière en verre et se replie en Z – cette conception ne nécessite aucune toile de protection ou cache. Une couche supplémentaire entre le ciel de pavillon et la membrane extérieure améliore l’isolation. Un coupe-vent à commande électrique limite les courants d’air dans le cou des passagers lorsque la capote est ouverte.

    L’habitacle


    Des sièges sport montés très bas accueillent les passagers dans l’habitacle. Ils sont réglables en hauteur. Les sièges de série sont en cuir/Alcantara, en coloris noir ou noir et argent. Les coutures contrastées sont couleur argent. Les sièges sport sont proposés en option en cuir nappa satiné. Audi propose également en option le pack cuir Impuls, noir avec coutures argent pour le coupé, et brun madras avec coutures contrastées de couleur espresso pour le roadster.

    Le poste de pilotage de l’Audi TTS est taillé sur mesure pour le conducteur. Son design sportif et sobre et la qualité sans concession des finitions sont typiques de la marque Audi. Les instruments à cadrans gris et aiguilles blanches, les pédales en métal, les surfaces décoratives en aluminium et le volant sport multifonctions en cuir aplati en bas valorisent la noblesse du véhicule.

    Le système d’information du conducteur, avec son nouvel écran blanc haute résolution, affiche des informations essentielles dans le champ de vision du conducteur. Il peut également indiquer les temps au tour grâce à une fonction lap-timer. Le divertissement est assuré par le système audio Concert à lecteur de CD, 9 haut-parleurs et 140 W.

    La voiture plaisir d’Audi est une voiture de sport dotée de formidables atouts pour le quotidien. Dans le roadster, un tunnel de chargement optionnel, avec sac à skis amovible, augmente la valeur pratique du coffre à bagages ; le volume de chargement s’élève alors à 250 litres. Les dossiers des sièges arrière du coupé peuvent être rabattus en deux parties pour porter le volume du coffre à bagages de 290 à 700 litres.

    Les équipements

    TTS sera livrée aux clients à partir du début de l'été. Le coupé vaut  48 350 euros, le roadster  51 950 euros. Le top-modèle dynamique de la gamme TT dispose d’une dotation généreuse : transmission intégrale permanente quattro, système d’amortissement adaptatif Audi Magnetic Ride, roues en aluminium de 18 pouces, phares xénon plus avec éclairage de jour à LED et, pour le roadster, capote entièrement automatique avec coupe-vent électrique.

    À l’intérieur, c’est le volant sport multifonctions en cuir qui domine. Les nombreux accents en aluminium et les sièges sport en cuir/Alcantara dégagent une impression de luxe et de noblesse. Un climatiseur automatique avec capteur d’ensoleillement améliore le confort.

    Parmi les options figurent deux systèmes de navigation, un système de sonorisation Bose, une préparation pour iPod, un pack éclairage intérieur à LED, des sièges réglables électriquement et les feux de route directionnels Audi Adaptive Light. La boîte de vitesses à double embrayage S tronic est une technologie Audi qui n’a pas d’équivalent parmi la concurrence.

    Les dix ans de l’Audi TT – une histoire à succès

    Audi fête avec TTS un petit anniversaire : la première Audi TT Coupé a en effet été lancée il y a dix ans, accédant immédiatement au statut d'objet-culte du design. Depuis, elle a enregistré de nombreux succès, que ce soit dans sa version Coupé ou Roadster.

    L’étude gris argent présentée par Audi en septembre 1995 à l’occasion du salon automobile de Francfort a immédiatement fait mouche auprès du public. D’une logique stricte, sa forme puriste était inspirée du design Bauhaus des années vingt. Son fuselage massif, son habitacle de verre bas, la géométrie stricte de son épaulement et des arcs de cercle, ses grandes roues et son couvercle de réservoir en aluminium, tous ces éléments concouraient pour définir une nouvelle identité de la marque Audi. Quelques semaines plus tard, le roadster était présenté au salon de Tokyo et remportait lui aussi un succès éclatant.

    Le coupé devait sortir des chaînes de montage en 1998, suivi un an plus tard par le roadster. L’Audi A3 avait été mise à contribution pour la conception de l’Audi TT : son plateforme courte était la base idéale pour la voiture de sport, et ses suspensions de roue lui conféraient ses propriétés routières dynamiques. Le design puriste était préservé, y compris dans l’habitacle. La figure du cercle, motif classique TT, y était conjuguée avec ferveur et se retrouvait au niveau des buses d’air et sur de nombreux régulateurs.

    La première Audi TT était dotée d’un moteur 1,8 litre quatre cylindres à turbocompresseur proposé en deux versions. Dans la première version, il développait 180 ch (132 kW), et 225 ch (165 kW) dans sa version haut de gamme. Le moteur le plus puissant était combiné à une boîte à six rapports et une transmission quattro. Avec la version 180 ch, le client avait une traction avant avec boîte à cinq rapports.

    Audi allait élargir la gamme de moteurs en 2001 en présentant tout d’abord une nouvelle version du moteur 1,8 litre, avec 150 ch (110 kW), qui allait être suivie en 2003 par un moteur 3,2 litres V6 de 250 ch (184 kW).
    Celui-ci pouvait être complété en option par la boîte à double embrayage S tronic. La tiptronic à six rapports était proposée pour la première fois pour le 1.8 T 180 ch. La puissance de ce moteur devait être augmentée en 2005 pour atteindre 190 ch ( 140  kW), et celle du premier moteur à 163 ch. (120 kW). Les derniers modèles du coupé et du roadster de la première série TT devaient être produits en 2006 et 2007.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :