• Fiche technique Ford GT - (2004-2005)
    Type du moteur : V8 à 90°
    Energie : Essence
    Disposition du moteur Longitudinal central arrière
    Alimentation Gestion Ford
    Suralimentation Compresseur Eaton + intercooler
    Distribution 2 doubles arbres à cames en tête
    Nombre de soupapes 4 par cylindre
    Alésage & Course 90.2 x 105.8 mm
    Cylindrée 5409 cc
    Compression 8.5
    Puissance 550 chevaux à 6000 tr/min
    Couple 69.1 mkg à 4550 tr/min
    Boite de vitesse 6 rapports
    Puissance fiscale - chevaux
    Transmission Propulsion
    Antipatinage Non
    ESP Non
    Direction Crémaillère, assistée
    Suspensions Av Triangles superposés
    Suspensions Ar Triangles superposés
    Longueur 464 cm
    Largeur 195 cm
    Hauteur 112 cm
    Coffre 0 litres
    Cx -
    Freins avant Disques ventilés Brembo (355mm)
    Freins arrière Disques ventilés Brembo (355mm)
    ABS Serie
    PneuAv 235/45 ZR18
    PneuAr 315/40 ZR19
    Poids -kg

    Performances
    Poids/Puissance 0
    Vitesse max 330
    0 à 100 km/h -
    0 à 160 km/h -
    0 à 200 km/h -
    400 mètres DA -
    1000 mètres DA -

    Consommations
    Sur route -
    Sur autoroute -
    En ville -
    Conduite Sportive -
    Reservoir 66 L
    Autonomie autoroute -
    Emissions de CO2 - g/km

    Equipements & prix
    Nb airbags 2
    Climatisation Série
    Prix de base en € Plus fabriquée





    Video Ford GT



    En juin 1957, quelques jours après le drame des Mille Miglia du 12 mai 1957, alors que la tragédie des 24 H. du Mans 1955 est encore toute fraîche dans les mémoires, les « Big Three » (Général Motors/Ford et Chrysler) signent un accord par lequel ils décident de ne plus participer à la compétition automobile pour des raisons d’insécurité.


    Au début des années ’60, l’accord continue à être suivi par tous les signataires. Seul les courses de Stock-cars reçoivent une aide discrète de tous les constructeurs américains. Il est vrai que jusque là, les constructeurs américains n’avaient pas noyé le sport automobiles de leur immense puissance financière, leurs voitures se vendant comme des petits pains sans l’aide du sport automobile.


    epuis de longues années, le groupe FORD a perdu la 1ère place sur le marché américain et donc mondial et décide, à la fin de l’année 1961, de rompre le pacte anti-Sport Automobile dans l’espoir d’améliorer son image. Dès lors, une aide discrète est accordée à Caroll Shelby . C’est un essai gagnant, le succès de la Cobra est rapidement exploité par les publicistes de Ford. Dans la foulée, Ford s’attaque aux 500 miles d’INDIANAPOLIS et parallèlement tente de rachat de la Scuderia Ferrari. Tentative vaine, car Enzo Ferrari ne veut pas vendre, mais obliger Fiat à augmenter son aide financière à la « Scuderia ». Cette aide financière finira par le rachat de Ferrari en 1968. Quand Henry Ford II se rend compte de la manipulation dont il se sent la victime, ce n’est plus uniquement une affaire financière, mais cela devient une affaire personnelle. Les orgueils démesurés d’Henry Ford II et d’Enzo Ferrari donneront quelques-unes des plus belles pages de l’Histoire du Sport Automobile.



    Jamais, sans doute, le proverbe « La fin justifie les moyens. » ne prendra autant son sens que durant ce « Combat de Géants », car les moyens investis dans ce « Chocs de Titans » ont été énormes. En dehors des années 30 où un état, l’état allemand, avait décidé d’employer le Sport Automobile comme propagande, jamais jusque-là, aucun groupe automobile n’avait investi ce que Ford dépensera pour atteindre son objectif, un victoire au Mans, fief de Ferrari. Quelques années plus tard.

    A partir de 1962, Henry Ford II alloue un budget quasi illimité à la réussite finale, une victoire sur les Ferrari au Mans. Une armée de techniciens, ingénieurs et mécaniciens va amener Ford à cette victoire, qui prendra de longs mois (longues années) à se dessiner, mais aboutira à quatre victoires.

    Tout commença par ...la FORD CARDINAL, première traction de l’histoire de FORD, qui doit être lancée sur le marché américain en 1962. Mais la CARDINAL ne sera jamais commercialisée aux USA, car les dirigeants de FORD se rendent compte que cette CARDINAL est mal née. Le fiasco retentissant de l’EDSEL est un souvenir toujours très présent chez les dirigeants de FORD. Pour ne pas perdre les fonds investis, la CARDINAL devient en octobre 1962, au Salon de Paris, la nouvelle Ford Taunus 12 M (P4).

    Comme il se doit, FORD avait construit un concept car équipé du V4 de la Ford Cardinal-12M en position centrale. Ce concept car, dessiné par Roy Lunn, aurait disparu de la mémoire collective, s’il ne s’était appelé MUSTANG et que sa conception générale ainsi que la forme de toute la partie avant ne se retrouvent dans le dessin original de la FORD GT 40 dessinée par le même Roy Lunn.

    La FORD GT 40 est créée à partir d’une berlinette de course : la LOLA Mk6 GT d’Eric Broadley. Cette LOLA Mk6 GT avait été la vedette du Racing Car Show de Londres 1963. Très basse et bien profilée, elle est équipée d’un V8 FORD en position centrale.

    a LOLA Mk6 GT fait une saison 1963 honorable, malgré les faibles moyens d’Eric Broadley. Une LOLA Mk6 GT, pilotée par Dick Atwood et David Hobbs, participe au 24 H. du Mans, pointe à la 8ème place durant la nuit et abandonne sur sortie de route à la 15ème heure de course. Eric Broadley participe au début de la conception de la GT40 avant de se retirer du projet.

    En1964, le manque d’expérience de la Ford Advanced Vehicles se fait cruellement sentir. Aucune des 10 FORD GT40 alignées ne finira une course.

    La partie avant de la GT40, au dessin si proche du concept car Mustang, évoluera de façon sensible en1964 et 1965. Cette GT 40 étudiée sur les ordinateurs les plus puissants de l’époque, va se révéler très instable lors de ses premiers tours de roues, tout en révélant une pointe de vitesse intéressante. A sa première sortie officielle, les essais du Mans d’avril 1964, Jo Schlesser détruit un des deux prototypes existants, le scond sort aussi de la route.

    Les moteurs ont, eux aussi, beaucoup évolués. Début 1964, c’est un moteur V8 4.2L tout en aluminium préparé pour Indianapolis qui équipe les GT40. Suivront les V8 4.7L en fonte mince des Cobra, les V8 « big block » de 7 Litres (Ford MkII 1965 & 66 et Ford MkIV 1967), les V8 5.3L et 5.7L (Ford Mirage de J.WYER 1967), les premiers à tester les culasses Weslake et enfin les V8 5.0 L à culasses Weslake (Ford GT40 1968 & 69).


    1965 voit l’arrivée de Caroll Shelby à la tête du team Ford et, plus tard dans l’année, l’apparition des Ford MkII à « big block » de 7 litres. Immédiatement, le pragmatisme de Shelby paie. Il demande le remplacement du V8 tout alu pour le V8 4,7, des jantes à rayon par des jantes en alliage et bien sûr la modification de la boîte de vitesses « Colloti » puis son remplacement par la nouvelle boîte ZF. Dès la première course, les 2000 Km de Daytona, c’est la victoire, puis quelques places d’honneur.

    Il faudra pourtant attendre 1966 pour que Ford gagne au Mans (Ford MkII 7Litres 1ère -2ème-3ème places).

    Ford gagnera encore Le Mans en 1967 (1ère & 4ème places) avec la Ford MK IV, une version extrêmement sophistiquée de la Ford MkII.

    Grâce à la persévérance de J.Wyer et l’aide financière du pétrolier GULF, les GT40 vont obtenir des victoires par la qualité qui leur manquaient au début : une fiabilité extraordinaire. En 1968, soit 5 ans après sa conception, les Ford GT40 gagnent Le Mans. Elle est suivie par la victoire mémorable de J.Ickx/J.Oliver en 1969.

    La plupart des Ford GT40 ont été construites en Angleterre, à Slough, dans les ateliers de John Wyer, directeur sportif d’Aston Martin jusqu’à ce que cette marque se retire en 1959.

    Quelques dates importantes

    Fin 1961 : Henry FORD II décide de lancer la FORD MOTOR COMPANY dans la compétition en vue d’améliorer l’image de la FoMoCo.

    Novembre 1961 : DAVE EVANS envoie à Caroll Shelby deux exemplaires de la version « High Performance » du V8, de 4261cc.

    Mars 1962 : Le concept car FORD MUSTANG à moteur central arrière V4 est présenté au Salon de Genève.

    Octobre 1962 : Salon de Paris : Présentation de la TAUNUS 12M (ex-Cardinal) et du concept car FORD MUSTANG.

    Janvier 1963 : Eric Broadley présente au Racing Show de Londres sa berlinette Lola GT. Elle est équipée d’un V8 Ford préparé dans les ateliers de Caroll Shelby.

    Avril 1964 : Les essais préliminaires du Mans, premiers tours de roues officiels de la Ford GT40.

    20 & 21 Juin 1964 : Dan Gurney et Bob Bondurant sur AC Cobra coupé "DAYTONA" 4,7L finissent à la 1ère place GT 1964 et la 4ème place absolue des 24H du MANS.

    28 février 1965 : Victoire d’une Ford GT40 4,7L aux 2000Km de Daytona. Elle est pilotée par Ken Miles et Lloyd Ruby.

    Juin 1966 : 1ère victoire de Ford aux 24 H du Mans avec les Ford MkIV, extrapolations des Ford "J", apparues aux essais du Mans d’avil 1966.

    uillet 1966 : La première GT40 MKIII entre en fabrication.

    Début 1967 : John WYER s’associe à John WILLMENT pour créer la J.W. Automotive Engineering. Le team est sponsorisé par GULF.

    uin 1967 : 2ème victoire de Ford aux La Ford Mk IV (Dan Gurney- A.J.Foyt) gagne à 218,038 Km/h de moyenne.

    Septembre 1968 : 3ème victoire aux, Lucien Bianchi et Pedro Rodriguez gagnent à 185,536 Km/h sur une Ford GT40 5,0L du team Wyer Gulf.

    Le Mans 1968, FORD engage 3 voitures aux couleurs du pétrolier Gulf. La 11 fera une sortie de route qui engendrera des problèmes d’embrayage, la 10 cassera son moteur, et la 9 remportera la victoire !

    Lucien Bianchi et Pedro Rodriguez remportent les 24 Heures du Mans en 1968.

    Mai 1969 : Arrêt de la production de la Ford GT40. 107 Ford GT40 ont été construites, dont 31 de route. Certaines de celles-ci ont participé à des compétitions avec succès

    Juin 1969 : Jackie Ickx, associé à Jacky Oliver, gagne ses 1ère 24 H du Mans au volant de la Ford GT40 5,0L du team Wyer Gulf qui avait gagné l’année précédente à 208,250Km/h de moyenne. Ce sera la dernière grande victoire de la Ford GT40.


    La 1ère victoire de Jackie Ickx au Mans 1969 avec la Ford GT40 en fin de carrière est, sans doute, la plus légendaire victoire au Mans .

    Quelques renseignements supplémentaires :

    Modèle FORD GT 40 1966 FORD MK II 1966 FORD"J"1966
    Longueur 4.060 mm. 4.140 mm. 4.160 mm.
    Empattement 2.410 mm.  : 2.410 mm.  : 2.410 mm.
    Largeur 1.778 mm. 1.778 mm. 1.710 mm.
    Hauteur 1.030 mm. 1.030 mm. 978 mm.
    Poids 975 kg. 1.070 kg.
    920 kg.
    Cylindrée 4.737 cm³. 6.998 cm³. 6.998 cm³.
    Puissance 385 CV SAE. 485 CV SAE. 550 CV SAE.

    La Ford GT40 MkIII n’est certainement pas la plus belle des GT40. L’allongement de la partie arrière pour aménager un coffre à bagages casse l’équilibre de la silhouette.

    Voici les mensurations de la FORD GT 40 MK III 1967

    Longueur : 169"= 4.293 mm

    Empattement : 95.3" = 2.421 mm

    Largeur : 70"= 1.778 mm

    Hauteur : 41" = 1.041 mm

    Poids : 2706lbs = 1.227 kg

    Cylindrée : 289 c.i. / 4.737 cm³

    Puissance : 306b.h.p./6.000tr/mn

    Vitesse maxi : 260km/h. (estimation)

    0 à 50 m.p.h.(80,45 Km/h) : 3.8 sec

    0 à 60 m.p.h. (96,54 Km/h) : 5.1 sec

    0 à 100 m.p.h. (160,9 Km/h):12.7 sec

    1/4 mile(402,25m) départ arrêté : 13.8 sec

    Prix (1967) : 18.500$


    <script type=text/javascript> </script> <script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script> <script type=text/javascript> </script> <script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script> <script type=text/javascript> </script> <script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script>

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique